top of page

Entretenir et réparer


Cette semaine, je suis allé au garage pour notre voiture. Avec le changement de freins combiné au changement saisonnier des pneus, la facture a rapidement monté. Malgré ça, je n’étais pas fâché de payer. Au contraire, j’étais heureux de me dire que j’ajoutais à la longévité de ma voiture de bientôt 8 ans.

Par prétexte de ne pas vouloir avoir à payer cher de réparations, ironiquement, le citoyen moyen préfère s’attacher financièrement au boulet d’un paiement éternellement renouvelé.

En soi, ce n’est pas agréable d’avoir à sortir le portefeuille pour une grosse facture. Par contre, même si je prenais l’ensemble de nos factures des 4 dernières années, on s’en tire pour une moyenne d’à peine une centaine de dollars par mois, ce qui est facilement intégrable au budget. Quand je lis que le paiement moyen pour une voiture neuve est rendu à 880$ par mois et que 30% des gens sont maintenant aux prises avec une mensualité supérieure à 1000$ (source, La Presse), l’économie est évidente!

Économique et écologique

Dans une rare bonne publicité, une bannière de garages de voitures pointait du doigt que nous vivons dans un monde où l’on préfère jeter, que réparer. On y voit des piles et des piles de déchets électroniques lancés à bout de bras et d’appareils électroménagers abandonnés dans la rue. La plupart pourraient sans doute continuer à vivre si on leur offrait un peu d’amour.

Je ne suis pas affilié à la bannière et ne reçoit aucune rémunération, mais je vous partage cette publicité qui m’a fait sourire.

J’eus un peu cette même réflexion l’an dernier lorsque mon lave-vaisselle a cessé de fonctionner du jour au lendemain. Un réparateur est passé évaluer le problème et nous a soumissionné les deux pièces à changer. Lui-même était plutôt surpris que nous acceptions la soumission, car pour le même prix, on pouvait s’acheter un modèle neuf, d’entrée de gamme. Par principe, je me voyais mal jeter 1 mètre cube de déchet, alors que la solution était une nouvelle pompe, toute petite. Sans blague, mon lave-vaisselle fonctionne mieux aujourd’hui, qu’avant le bris. On pourrait dire qu’il me renvoit la pareille.

Auto-financer son prochain achat

Très peu de véhicules sont achetés au comptant par les temps qui cours. Je n’ai même pas besoin de voir les statistiques pour le savoir. Il suffit de regarder les publicités; à quand remonte la dernière fois où on vous a parlé du prix d’une voiture et non de son paiement?

Ce sera pourtant mon objectif, lorsque l’heure fatidique arrivera. Ayant fini de payer la voiture depuis l’été 2020 et n’ayant pas l’intention de changer avant 2030, c’est une période de 10 ans qui passera sans paiements de financement automobile. Pendant cette période, ce seront tellement de liquidités libérées pour nos CELI et RÉER. De vrais véhicules de création de richesse!

Conscient qu’il y aura d’autres frais de réparations et d’entretiens sur les 6 années à venir, on ne pourra pas dire que ce seraient 880$ par mois que l’on libère comparativement au véhicule neuf moyen de 2023. Supposons que ce sont plutôt 600$ de dépenses en moins, pendant 6 ans, et qu’on en soutire un petit 6% annuel de rendement. En 2030, ce placement vaudrait plus de 50,000$. Ça n’achètera pas une voiture exotique, mais ce sera amplement suffisant pour trouver un paquet de tôle sur quatre roues qui répondra à nos besoins, certainement. Appelons ça, le financement inversé de voiture. Plutôt que d’acheter à paiements, on se fait des paiements pour plus tard acheter.


*****


Illustration : Générée par l’IA le vendredi 10 mai 2024, à 17:44 p.m., avec Microsoft Copilot Designer, sous la commande: « whimsical paper collage diorama, with purple and white color palette and warm lighting coming through windows, low angle shot. and the setting is indoor of a general car mechanics garage. a black hatchback car is on a vehicle lift the wheels are being changed by a mechanic. »


72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page