top of page

Et si apprendre était pour toujours?


Avez-vous déjà joué avec de la pâte à modeler, lorsque vous étiez plus jeune? Si oui, vous vous souviendrez peut-être que la meilleure façon de la rendre malléable, c’est de l’activer en la pétrissant avec la chaleur de vos mains, avant de lui donner la forme désirée. Si vous continuez, sans arrêter, vous conserverez cette malléabilité. Par contre, si vous haletez votre élan, plus vous attendrez, plus elle refroidira et plus elle risquera de commencer à se figer en séchant à l’air libre. Aussi étrange que cela puisse paraitre, votre cerveau fonctionne un peu de la même manière.

En effet, ce qui est référé dans la littérature scientifique comme étant la plasticité cérébrale, c’est cet état d’activité où le cerveau est en « processus d’amélioration, de maturation et d’épanouissement en continu, durant toute la vie. (aussi) La plasticité, c’est le fait que le cerveau peut se remodeler. »

C’est une démonstration que, même biologiquement, notre cerveau est en constante évolution et qu’il répondra à l'activité intellectuelle en créant ou en élaguant des connexions synaptiques, en fonction des apprentissages et des défis qu’on lui imposera.

C’est quoi le rapport avec les finances personnelles? J’y arrive.

Des concepts relativement nouveaux

Si vous souhaitez améliorer votre situation financière actuelle ou future, ça commence par un constat. Comme prendre la température de l’eau et visualiser où l'on se trouve aujourd’hui par rapport à la destination visée. J’ai souvent dit que les finances relèvent beaucoup plus de la science comportementale que de la science mathématique. C’est vrai! Cependant, ce qui coule les fondations de nos comportements, c’est notre éducation financière.

Notre littératie financière, cette capacité de comprendre les règles de ce grand jeu de la vie financière, se nourrit de nos expériences et de nos apprentissages du passé, du présent et du futur.

Il ne faut pas être si surpris que la population, en générale, soit confuse, voire étourdie, devant la horde de produits et véhicules financiers. Nous sommes face à un paradoxe du choix; on veut des options, mais lorsqu'on en a trop, on fige devant le nombre de possibilités. De plus, ça ne fait qu'à peine quelques années que l’on a remis dans les mains du citoyen la responsabilité d’assurer (dans bien des cas) sa caisse de retraite personnelle. Ce n'est pas comme la cuisine qui elle s'est apprise et peut se transmettre depuis des générations.

Après tout, c’est seulement depuis la fin des années 50 que le REER existe. C’est en 1957 que le gouvernement fédéral l’a introduit, suivi de près par le Québec, en 1959. Le CELI, lui, n’a que 15 ans, car il fut ajouté 50 ans plus tard, en 2009. Finalement, question de bien mêler les cartes, le fédéral ajouta l’an dernier le CELIAPP. Un produit croisé parfait entre un REER et un CELI, mais dont la raison d'exister est discutable. Un sujet pour une autre publication.

Pour vaincre ce paradoxe du choix, c'est simple, mais pas simple; il faut s’éduquer. Il faut lire, écouter et questionner. Apprendre n’a pas à se limiter qu’à l’école traditionnelle non plus. En cette ère d’accès à l’information, les ressources éducatives sont virtuellement infinies. Il faut seulement s’offrir cette opportunité et laisser le temps à notre cerveau de se modeler à ces nouveaux apprentissages. Ainsi, dans ce concept de plasticité, plus vous vous intéresserez aux multiples facettes de la planification et des produits financiers, mieux vous comprendrez les options devant vous et mieux vous serez outillés pour prendre des décisions.

C’est un peu comme aller au gym, pour le cerveau. Ça prend des répétitions et de la diversité dans les exercices pour une santé financière globale améliorée.

Nous apprenons tous différemment

Nous apprenons tous un peu différemment. Par exemple, je sais que j’apprends plus rapidement et plus efficacement par l’audio, que par la lecture. Je crois que j’ai écouté plus de livres audios ou de balados (podcasts) et chroniques sur la finance, que je n’en ai lus. La trilogie documentaire, c’était le produit que j’aurais voulu avoir pour commencer.

Il ne faut pas non plus s’arrêter qu’à une ou deux ressources. Rechercher de la diversité d’opinions et écouter des idées qui sortent de nos chambres d’écho permet de garder cette curiosité nourrie et active (comme votre pâte à modeler).

Quelques-unes de mes ressources préférées

  • La psychologie de l’argent, un livre par Morgan Housel, facilement l'un de mes livres préférés sur le sujet de par son emphase sur l'aspect comportemental des finances personnelles.

  • The Obstacle Is the Way: The Timeless Art of Turning Trials Into Triumph, un livre par Ryan Holiday (disponible en livre audio), qui m'a offert des réflexions importantes sur la façon dont nous approchons les défis de la vie.

  • Liberté 45, un livre par Pierre-Yves McSween, probablement l'un des livres les plus utiles et important pour un(e) jeune adulte dans la vingtaine, dressant des portraits francs sur notre capacité à créer de la valeur.

  • Elleinvestit, un livre et une page Instagram québécoise, pour apprendre de façon légère, divertissante et colorée.

  • The Price of Tomorrow: Why Deflation Is the Key to an Abundant Future, est un livre de Jeff Booth qui m'a offert un regard nouveau qui venait complètement du champ gauche, pour moi, sur la notion normalement acceptée de l'inflation.

  • Le barbier riche, par David Chilton, ou Le facteur latté, par David Bach, deux oeuvres dans le même style, pour des histoires fictives éducatives et légères à lire.

  • L’art subtil de s’en foutre, par Mark Manson, simplement l'attitude à adopter envers la société de consommation. Le livre aurait pu s'appeler Guide contre le voisin gonflable.

  • Les millionnaires ne sont pas ceux que vous croyez, par Nicolas Bérubé, dépeint ce qu'est un vrai riche au Québec, versus ceux qui sont plus dans l'image projetée, que la réalité.

  • Playing with FIRE, est un livre et un film documentaire sur une jeune famille qui a fait un pivot à 180 degrés sur leur vie financière. J'ai personnellement préféré le livre au film, car il offrait une sorte de prologue à l'histoire qui se déroule dans le film.

  • La trilogie de documentaires Liberté. Oui, oui, une auto-référence sans aucune gêne! (rires) Sans blague, lorsque j'ai réalisé et produit cet ambitieux projet, c'était dans l'objectif d'offrir au québécois l'outil que j'aurais voulu avoir pour commencer mon parcours dans les finances personnelles. Ça m'aurait surtout aidé à nourrir beaucoup de réflexions en amont.

Simplement dit, restez curieux et usez de vos capacités d'apprentissage toute votre vie. Votre personne future vous en remerciera. Comme je le disais la semaine dernière, il n'est jamais trop tard pour entreprendre quelque chose de nouveau!



Sources:

83 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page