top of page

La sérénité financière

Dernière mise à jour : 6 avr.

Parler de finances personnelles est à la fois un sujet qui rassemble et qui divise. Il rassemble, car il nous touche tous. Il divise, car il nous impacte tous différemment. Négativement ou positivement. Parler d’indépendance financière, cette absence de soucis financiers, c’est d’autant plus confrontant, car ça paraît utopique.

Par contre, imaginez un instant si on changeait légèrement le concept de l’indépendance financière (que l’on associe trop souvent à l’opulence d’argent) et qu’on faisait plutôt la promotion de la sérénité financière. Aussi bête qu’un synonyme peut parfois traduire plus adéquatement le sentiment qui habite ceux et celles sur un parcours d’indépendance financière que j’eus la chance de côtoyer dans les dernières années.

Ils et elles ne sont pas motivés par ces symboles de richesse ostentatoire vendus année après année, non seulement dans les publicités, mais aussi sournoisement infiltrés dans notre imaginaire populaire de ce qui symbolise la richesse.

En fait, la motivation de ces hommes et femmes est simplement d’atteindre cet état de sérénité où leur capacité à poursuivre des passions, à explorer le monde ou à vivre des émotions mémorables n’est pas freinée par leurs décisions passées, mais plutôt rendue possible grâce à celles-ci.

Qu’est-ce que la sérénité financière?

C’est de ne plus se soucier de ce qu’on met dans son panier d’épicerie, tout en ne perdant pas le sens de la valeur des choses qu’on y met.

C’est de ne plus compter le nombre de jours avant sa prochaine paie, mais de compter le nombre d’années où on peut vivre sans paie.

C’est d’arriver à un niveau de satiation avec ce qu’on a, plutôt que d’envier ce que les autres ont.

C’est d’arriver à ce point où l’on peut choisir de travailler ou non.

C’est ce sens d’équilibre entre ce dont on a besoin ou envie pour soi et ce que l’on peut redonner aux autres. Ce peut être en temps, en argent ou en matériel.

C’est ce stoïcisme face à l’ultime repos et savoir que ce qui avait à être fait, ce qui avait à être pris en charge, le fut.

C’est ce calme qui transpire d’un mélange de santé financière, mentale, sociale et physique.

De premiers morceaux du casse-tête

La sérénité financière peut s’atteindre de plusieurs façons, mais prenons le temps de regarder deux formes de paiements : ceux aux fournisseurs et ceux envers vous-mêmes.

L’automatisation des paiements aux fournisseurs

Vous êtes du genre à payer des frais de retard ou d’intérêt par simple oubli d’une facture? Vous pourriez programmer des paiements automatisés dès la réception de votre facture.

Par exemple, au moment de recevoir votre compte de taxes municipales en début d’année, connectez-vous à votre banque. Procédez comme si vous alliez payer immédiatement la facture au fournisseur (ex. : la Ville), mais plutôt que de laisser la case cochée par défaut pour le paiement immédiat, sélectionnez « Plus tard » (ou « programmer un paiement », selon votre institution financière). Pour être sûr que l’argent se rende au fournisseur à la bonne date, prévoyez le paiement au moins quelques jours avant l’échéance, car il y a souvent des délais de transit entre les banques.

Pour les cartes de crédit, la plupart permettent la programmation du paiement de solde automatique. C’est une belle façon de ne pas faire un oubli qui autrement pourrait coûter très cher, très rapidement, car les intérêts sur une carte de crédit sont élevés en plus d’être rétroactifs à la date de l’achat et non celle du relevé!

Automatiser son épargne (investissements)

Vous vous dites depuis longtemps que vous devriez commencer à investir, mais vous ne savez pas trop par où commencer. La meilleure façon de commencer, c’est d’automatiser de façon périodique des cotisations. Voyez-les comme des paiements que vous vous ferez, à vous-même.

Pour ceux qui pourraient envier les autres avec un fonds de pension, n’oubliez pas qu’il s’agit simplement d’un compte d’épargne et d’investissement à long terme, géré par l’employeur. Vous pourriez vous-même, chaque jeudi de paie, vous verser une cotisation pour vous constituer votre propre fonds de pension.

Ne vous laissez pas tomber dans la paralysie d'analyse. Les finances personnelles relevant davantage de la science comportementale que mathématique, le plus important est de commencer quelque part, et faire des répétitions pour travailler vos muscles d’épargne. Une fois que l’habitude sera intégrée à votre rythme normal de vie, là, il sera temps de poser des questions à un conseiller pour optimiser votre situation. Profitez de ce moment d’adaptation pour vous renseigner sur divers produits et arrivez prêts, avec des questions éduquées.

La base du pont

La clé des paiements et de l’épargne, c’est de ne pas avoir à y penser. C’est un gros morceau du casse-tête qui, une fois posé, contribuera déjà à une forme de sérénité face à votre position financière. Ne nous enfargeons pas dans les fleurs du tapis et ne nous laissons pas intimider par le jargon financier dès le départ.

Commençons par couler une solide base pour le pont qui vous fera passer de la rive du stress financier, à celle de la tranquillité. Tout est dans la répétition : laver, rincer et répéter.


Illustration : Généré par l’IA le 4 avril 2024 à 2 :12 p.m., avec Microsoft Copilot Designer. Commande : «whimsical paper collage diorama, with purple and white color palette, warm lighting. A serene cherry blossom park in full bloom with petals gently falling into a meandering stream. On the side of the stream, there's a family putting together the tiles of a path made of jigsaw puzzle pieces »


1 659 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page